Catégories
Éducation et apprentissage

Comment enseigner les bonnes manières aux enfants

« Chaque nouvelle génération qui naît est en fait une invasion de la civilisation par de petits barbares, qui doivent être civilisés avant qu’il ne soit trop tard. » Ces mots de l’économiste Thomas Sowell, tirés de son livre « Un conflit de visions », heurtent parfois les nouveaux parents qui, en regardant leur précieux paquet de joie, n’imaginent pas l’entêtement et les crises de colère qui les attendent. Les nourrissons naissent en exigeant toute l’attention de leurs parents. Ils sont facilement frustrés et souvent défiants. Heureusement, au fur et à mesure qu’ils grandissent, ils sont capables d’apprendre l’empathie, la coopération et le partage – des compétences essentielles lorsqu’ils deviennent adultes et interagissent avec les autres

Les enfants ont besoin d’une attention particulière.

Vous êtes le premier enseignant de votre enfant. Les années entre deux et quatre ans sont  » l’âge de l’imitation « . « Les tout-petits vous observent attentivement et imitent ce que vous dites », explique-t-elle. Pour le meilleur ou pour le pire, les parents ont la plus grande et la plus précoce influence sur le comportement des enfants, et cet impact maternel et paternel se prolonge bien au-delà de l’enfance, jusqu’à l’âge adulte.

Lorsque la Bible chrétienne parle des « péchés du père » affligés à ses enfants, elle fait peut-être référence à l’impact significatif des parents sur les actions et les sentiments de leurs enfants et sur les adultes qu’ils deviennent. D’innombrables adages reflètent des pensées similaires : « La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre », « Une puce du vieux bloc » et « Tel père, tel fils ». Comme l’a dit la poétesse Maya Angelou,  » Je suis devenue le genre de parent que ma mère a été pour moi.  »

La plus grande leçon que les parents peuvent enseigner à leurs enfants est le respect de soi et des autres. Les bonnes manières – des actions qui font preuve de retenue, une parole douce et des gestes réfléchis – sont des expressions visibles du respect. Les bonnes manières affectent et définissent le caractère, l’essence de ce que nous sommes à l’intérieur

Les bonnes manières ne sont pas qu’une question de temps.

Les bonnes manières ne sont pas l’apanage des personnes fortunées, éduquées ou douées. Au contraire, elles sont accessibles à chaque personne, quelle que soit sa situation sociale ou économique.

Les avantages des bonnes manières chez les enfants

A part la fierté que les parents ressentent lorsque leurs enfants font bonne impression sur les autres, les avantages pour les enfants sont immenses. Ceux à qui on a enseigné les bonnes manières sont mieux préparés à faire face au stress et à l’adversité avec grâce. Les bonnes manières aident à développer des compétences sociales qui sont essentielles pour rencontrer de nouvelles personnes ou se comporter correctement dans de nouvelles situations. Parmi les autres avantages, citons les suivants.

1. L’estime de soi

La façon dont on se sent par rapport à soi-même est la clé de la confiance et du bonheur. Se sentir positif par rapport à ses capacités et se considérer comme méritant le respect est essentiel à la santé psychologique. Un conseiller familial qui écrit dans Psychology Today, affirme que plus les gens se sentent bien dans leur peau, mieux ils se traitent les uns les autres, mieux ils sont traités en retour, et plus tout le monde a tendance à se porter bien.

2. Le bonheur

Etre gentil avec les autres rend les donneurs heureux et augmente leur sentiment de satisfaction, selon une étude. L’un des auteurs de l’étude, Lara Akin, suggère qu’il existe une « sorte de boucle de rétroaction positive » entre la gentillesse et le bonheur : Un acte de gentillesse vous fait vous sentir plus heureux, et plus vous vous sentez heureux, plus vous êtes susceptible de faire un autre acte de gentillesse.

3. La réciprocité

Les chercheurs ont appris qu’un comportement grossier, comme se comporter comme si les sentiments des autres n’avaient pas d’importance, implique un rejet social et déclenche les régions douloureuses du cerveau. En conséquence, la personne offensée éprouve un sentiment négatif à l’égard de l’offenseur et peut réagir de manière agressive

Il est possible que la personne offensée ait un sentiment négatif à l’égard de l’offenseur.

En revanche, les personnes traitées avec respect répondent généralement en nature. Les écoles publiques de Green River, dans le Wyoming, ont dû mettre en place un programme de lutte contre l’intimidation, et ont choisi un programme qui se concentre sur l’enseignement des bonnes manières aux enfants. Bien que le programme ait été bien accueilli, une mère a fait remarquer que les écoles « ne peuvent pas tout faire. Les familles doivent aussi prendre le relais.  »

4. La popularité

Les enfants qui traitent leurs camarades avec gentillesse, font preuve d’empathie et de gratitude ont tendance à être appréciés par leurs pairs. Plus important encore, traiter les autres avec respect permet de construire des relations personnelles plus solides. En faisant preuve de bonnes manières, les enfants sont plus sympathiques et se sentent plus sympathiques. Par conséquent, ils reçoivent davantage de commentaires positifs des autres sur le fait qu’ils sont dignes.

5. L’opportunité

Une autorité internationalement reconnue en matière d’étiquette, affirme que les enfants qui ont de bonnes manières et des compétences sociales « se démarquent et ont une longueur d’avance sur leurs pairs », d’autant plus que la concurrence pour les universités et les bons emplois a augmenté. En 2003, il a publié un article sur les patrons qui se comportent mal et font preuve de mauvaises manières parce qu’ils n’ont pas conscience d’eux-mêmes. L’article examinait comment leurs actions et leurs discours affectaient les autres.

PDG de Corporate Rain International, affirme dans Inc. que les bonnes manières et la politesse sont un « outil important qui manque de plus en plus dans le répertoire de l’entrepreneur moderne. » Les jeunes qui disposent d’une base solide de bonnes manières et d’étiquette lorsqu’ils entrent sur le marché du travail ont des avantages sur leurs concurrents moins polis.

enseigner enfants

 

6. La santé physique

L’utilisation des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) tels que le Prozac, le Zoloft et le Paxil n’a cessé d’augmenter depuis leur mise au point en 1987. La Harvard Medical School affirme qu’un sur dix prend des antidépresseurs, et TheStreet prévoit que le coût sera de 13,4 milliards d’euros d’ici 2018. Même les enfants reçoivent des ISRS pour la dépression, malgré des effets secondaires d’aggravation de la dépression, de pensées suicidaires et de repli sur soi, selon l’Institut national de la santé mentale.

Les bonnes manières sont des expressions de civilité, le fondement de relations harmonieuses et d’une bonne qualité de vie. Les liens sociaux sont bons pour nous, tant sur le plan mental que physique. Selon Oxford Journals, les relations positives fortes amortissent le stress et sont associées à une amélioration de la santé et du bien-être. Les enfants, comme les adultes, ressentent du stress, surtout lorsqu’ils doivent s’adapter à de nouvelles circonstances comme un décès, un divorce ou une nouvelle école. Heureusement, la capacité de la plupart des enfants à gérer le stress s’améliore avec le temps s’ils sentent qu’ils ont la capacité et le soutien émotionnel de leur famille et de leurs amis.

Enseigner les bonnes manières à votre enfant

Les enfants se développent par étapes, et chaque étape offre des capacités physiques, mentales et émotionnelles croissantes. Il est important que les parents reconnaissent que les attentes en matière de comportement sont différentes à chaque stade. Par exemple, il n’est pas réaliste d’attendre d’un enfant de deux ans qu’il utilise des manières parfaites à table ou qu’il se présente aux adultes. Cependant, en commençant tôt, vous pouvez aider vos enfants à acquérir des bases solides en matière de compétences sociales qui pourront leur être utiles pour le reste de leur vie.

Les parents sont les premiers enseignants de leurs enfants et les plus influents. À l’âge d’un an, les tout-petits font ce qu’ils voient. Au cours de l’année suivante, ils acquièrent une vaste quantité de compétences allant du langage à l’interaction avec les autres.

Leur apprentissage se fait en quatre étapes : regarder et écouter, traiter l’information, tenter de copier un comportement et s’exercer. Le Dr met en garde les parents qui doivent être de bons modèles. Il écrit que « les parents de tout-petits sont sous observation constante. Au cours de cette période critique entre un et deux ans, il est important de donner l’exemple de votre meilleur comportement. »

Les enfants ont besoin de limites et de structures adaptées à leur stade de développement. Sans limites, ils ne s’épanouissent ni ne survivent. Les enfants apprennent naturellement en explorant – c’est le travail des parents d’assurer leur sécurité et leur maturation.

Les parents doivent connaître les besoins et les capacités de leurs enfants à différents âges, et reconnaître que les enfants ne pensent pas comme les adultes. Les enfants de deux ans ne sont pas défiants lorsqu’ils s’agitent assis au restaurant, mais s’ennuient et ont envie d’une nouvelle aventure. Un enfant de cinq ans peut aimer le jouet d’un camarade de jeu au point de l' »emprunter » sans le demander. La crise de colère d’un enfant de trois ans n’est pas la même que celle d’un enfant de huit ans.

Bébés – Moins de 18 mois

Après avoir passé neuf mois dans le ventre de leur mère à être nourris 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, les nourrissons sont projetés dans le monde en s’attendant à recevoir le même traitement. Pour la première fois, ils font l’expérience de la faim et de la solitude, des sentiments que le nourrisson sait instantanément être mauvais. De même, ils savent que le fait d’être tenu ou allaité leur fait du bien. Il n’a pas encore la capacité de comprendre que sa mère peut être occupée à une autre tâche. Les bonnes manières doivent attendre que le nourrisson devienne un tout-petit.

Tout-petits – de 18 mois à 3 ans

« Lorsque vous commencez tôt, votre enfant apprend qu’être poli et prévenant est juste la façon normale d’agir des gens ». À ce stade, les enfants ont appris qu’ils font partie d’une famille et que les autres partagent leur monde. Ils apprennent les « règles » auxquelles ils doivent se conformer, même s’ils ne savent pas pourquoi.

Les tout-petits ne peuvent pas distinguer le bien du mal, mais sont orientés par ce que les autres leur disent. Par exemple, un bambin n’a pas la capacité de comprendre que frapper fait mal à la victime. Dans leur esprit, frapper est mal parce que leurs parents le leur disent ou parce qu’ils sont punis pour cela. Idéalement, le tout-petit apprend que l’obéissance aux adultes est attendue à cet âge.

Introduire les mots « s’il vous plaît » et « merci » est généralement la première étape pour enseigner la courtoisie aux enfants. Au début, les enfants peuvent répéter ces mots dans le but d’imiter leurs parents sans savoir pourquoi ces expressions sont appropriées. Les tout-petits ne comprennent pas la raison et ont du mal à contrôler leurs impulsions. Ils apprennent et répètent les mots en observant et en copiant leurs parents. Vous pouvez les encourager à dire « excusez-moi » lorsqu’ils font un rot ou se heurtent à d’autres personnes, ou « merci » lorsqu’ils reçoivent un repas

Les enfants peuvent apprendre à dire « excusez-moi ».

Certains enfants peuvent apprendre à saluer les gens avec « bonjour » et « au revoir », mais il est probable qu’ils ne soient pas fiables dans la pratique, disant joyeusement « bonjour » à une occasion et se cachant timidement derrière les jambes de leur mère à la suivante. Ne vous inquiétez pas de cela, et n’insistez pas sur la perfection. Au fur et à mesure qu’ils grandissent, cela devient plus naturel.

Enfants d’âge préscolaire – de 3 à 7 ans

Vers l’âge de trois ans, les enfants reconnaissent qu’ils font partie d’une unité familiale et commencent à intérioriser les valeurs de leurs parents. Ils réalisent que ce qu’ils font affecte les autres, ainsi que les droits et les sentiments des autres. Les enfants d’âge préscolaire comprennent la différence entre un « enfant » et un « adulte » et comprennent que les adultes sont responsables. Ils comprennent également le « quand et alors » des conséquences : Si je me conduis mal, voici ce qui se passe. À l’âge de quatre ans, on devrait leur apprendre à ne pas se frapper ou à ne pas s’insulter.

À ce stade, les enfants sont prêts à apprendre à prendre leur tour et à partager. Ce ne sera pas facile pour eux au début, et ils peuvent parfois régresser si un jouet préféré est impliqué. Ils peuvent également apprendre à écouter et à éviter d’interrompre quelqu’un qui parle. Les parents intelligents établissent un lien entre l’écoute et la capacité à ne pas interrompre, d’une part, et le partage et le fait de prendre son tour, d’autre part – autant de comportements qui témoignent du respect envers les autres.

Les enfants d’âge préscolaire ont une imagination et des peurs puissantes et ils ont parfois tendance à confondre imagination et réalité. Par exemple, ils peuvent croire aux sorcières et aux monstres dont les enfants plus âgés leur parlent. Ils ont souvent besoin d’un doudou, comme un ours en peluche ou une vieille couette, lorsqu’ils sont fatigués et loin de chez eux. Ils peuvent avoir du mal à se ménager et peuvent être fatigués et grincheux parce qu’ils ne veulent pas s’arrêter de jouer alors qu’ils s’amusent bien.

En grandissant, il faut leur apprendre les présentations polies, comme quand il faut dire « bonjour » et « au revoir ». Les parents se demandent parfois s’il faut apprendre à leurs enfants à utiliser uniquement les prénoms ou Monsieur ou Madame avec les noms de famille. Un bon compromis peut être la combinaison du titre et du prénom, comme « M. George » ou « Mme Ann ». En grandissant, les enfants devraient apprendre à se lever et à serrer la main lorsqu’ils sont présentés. À l’âge de six ans, les enfants devraient être capables de pratiquer les bonnes manières de base à table, comme les suivantes:

Préadolescents – De 7 à 10 ans

Les enfants de sept à dix ans ont un sens aigu de l’équité. Ils comprennent que les règles sont nécessaires, mais ils veulent aussi participer à leur élaboration. Les enfants d’âge scolaire croient que s’ils enfreignent une règle, ils doivent être corrigés. Certains enfants intériorisent cette valeur au point de devenir des caquetants.

À ce stade, ils commencent à avoir leurs propres opinions et veulent négocier avec les parents au sujet de leur comportement. Un parent avisé reconnaît que certaines négociations peuvent être appropriées, mais maintient la ligne sur les comportements dangereux ou susceptibles de rabaisser les autres. Bien que les parents soient encore des figures d’autorité puissantes, les enfants de cet âge reconnaissent que les parents ne sont pas infaillibles. Ils identifient facilement les cas où un parent dit une chose et en fait une autre, et peuvent remettre en question l’équité des règles qui leur sont appliquées

Les préadolescents ont besoin d’être informés de leurs droits et de leurs devoirs.

Les préadolescents sont capables d’apprendre les composantes plus sophistiquées des bonnes manières, ce que beaucoup appellent l’étiquette. C’est à ce moment-là qu’ils commencent à comprendre le « pourquoi » de certains comportements et à développer un plus grand sens de l’empathie

Les bonnes manières pour ce stade de la vie sont les suivantes.

Les bonnes manières pour cette étape comprennent les éléments suivants :

  • Etre gracieux. Renforcez l’idée de gratitude en encourageant vos enfants à écrire des notes de remerciement pour les cadeaux qu’ils reçoivent. Lorsqu’ils répondent ou appellent quelqu’un au téléphone, apprenez-leur à se présenter d’abord et à demander ensuite s’ils peuvent parler à la personne qu’ils appellent. Lorsqu’ils relèvent des mots grossiers, expliquez-leur que les autres trouvent ce langage inapproprié et désagréable. Lorsque vos enfants s’approchent d’une porte, apprenez-leur à tenir la porte pour les autres lorsque cela est approprié.
  • Montrer un bon esprit sportif. À cet âge, les enfants commencent à jouer à des jeux et à faire du sport. Apprenez-leur à respecter les règles du jeu. Ne valorisez pas trop la victoire et expliquez-leur que même si cela fait du bien de gagner, il est plus important de prendre du plaisir à jouer. Écoutez attentivement leurs sentiments, mais expliquez-leur qu’un mauvais comportement n’est pas acceptable en cas de victoire ou de défaite. Encouragez-les à utiliser les déceptions comme des occasions de s’améliorer, et utilisez des exemples de joueurs professionnels dans des sports qu’ils admirent. Montrez-leur que les meilleurs frappeurs de base-ball font autant de strikes que de hits, et que les joueurs se serrent toujours la main après le match. Découragez de rejeter la faute sur les autres, y compris les arbitres, les entraîneurs ou les coéquipiers.
  • Respecter les biens et la vie privée des autres. Établissez des règles de propriété telles que demander la permission avant de toucher ou d’utiliser des objets qui appartiennent à des membres de la famille ou à des amis. Aménagez l’espace personnel de vos enfants, respectez leur intimité et exigez qu’ils respectent celle des autres. Apprenez-leur à frapper avant d’ouvrir une porte fermée.

Mot final

Si l’étiquette – les actions de savoir-vivre – peut changer de génération en génération, la nécessité d’apprendre et de montrer le respect de soi et des autres est éternelle. Les enfants se développent à des rythmes et à des âges différents, mais ils partagent un besoin commun lors de l’apprentissage des bonnes manières

Il est important d’apprendre à se respecter.

Quel que soit le style et les capacités d’apprentissage de vos enfants, vous devez faire preuve de patience et apprendre à répéter les leçons si nécessaire. N’oubliez pas que vous êtes leur modèle, vous devez donc constamment être la personne que vous voulez que vos enfants deviennent.

Comment avez-vous appris les bonnes manières à vos enfants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *