Catégories
Services de protection

13 façons de protéger les enfants contre la cyberintimidation

Auparavant, les intimidateurs de la cour d’école restaient dans la cour d’école, ou du moins devant votre porte d’entrée. Mais aujourd’hui, la cour d’école, c’est les médias sociaux, et les intimidateurs rentrent à la maison avec votre enfant.

La mauvaise nouvelle est que la plupart des enfants seront touchés par une forme d’intimidation au cours de leur adolescence et de leur pré-adolescence. La bonne nouvelle est que vous avez le pouvoir d’apprendre à vos enfants comment prévenir la cyberintimidation – et le pouvoir des aider à la gérer si elle se produit.

7 façons d’arrêter la cyberintimidation avant qu’elle ne commence

1. Connaissez votre enfant

Avant de remettre le smartphone, réfléchissez bien pour savoir si votre enfant est prêt ou non à utiliser la technologie de manière responsable. Il n’y a pas de règle absolue concernant le bon âge pour qu’un enfant ait un téléphone, mais son niveau de maturité devrait être un facteur important dans votre décision.

Attendez jusqu’à ce que vous sentiez que votre enfant est assez mature pour communiquer respectueusement en ligne avec ses pairs, assez digne de confiance pour venir vous voir en cas de problème, et assez sage pour garder ses informations personnelles privées.

2. Comprendre le fonctionnement des médias sociaux et des applis de messagerie

Vous ne vous considérez peut-être pas comme particulièrement féru de technologie, mais il est essentiel de connaître les applis et sites de médias sociaux, de messagerie et de jeux que votre enfant utilise. Votre enfant sera moins enclin à vous parler d’un problème s’il a l’impression de devoir expliquer la technologie.

Une petite recherche pour apprendre comment ces plateformes fonctionnent peut vous aider à anticiper les problèmes potentiels avant qu’ils ne surviennent et vous aider à mieux gérer les problèmes s’ils se produisent. Une recherche rapide sur Google comme « Comment fonctionne Snapchat ? » vous donnera beaucoup d’articles et de vidéos utiles qui peuvent vous aider à mieux vous informer.

3. Apprenez comment fonctionnent les cyberbullies

Les cyberbullies deviennent de plus en plus créatifs avec chaque année qui passe, donc bien qu’il n’y ait aucun moyen de prévoir toutes les tactiques qu’ils pourraient utiliser, il est important d’en noter quelques-unes au-delà du harcèlement en ligne de base.

Les cyberintimidateurs peuvent poster des images ou des vidéos peu flatteuses, embarrassantes ou même photoshopées sur leur page pour se moquer d’une autre personne. Les enfants peuvent ensuite les partager sur les médias sociaux et propager les effets de l’intimidation. Les cyberintimidateurs peuvent également créer de faux comptes pour « troller » les autres de manière anonyme, ou même créer un faux compte en se faisant passer pour leur victime et poster des photos ou des messages embarrassants. Les cyberintimidateurs peuvent également prendre une photo ou une information censée être privée et la publier dans un forum public sans autorisation

4. entamez une conversation suivie avec votre enfant

Une fois que vous avez pris des mesures pour comprendre le fonctionnement des médias sociaux et de la cyberintimidation, parlez à votre enfant de la cyberintimidation. Assurez-vous qu’ils puissent identifier la cyberintimidation et qu’ils sachent quoi faire s’ils en sont témoins.

Regardez les exemples de cyberintimidation sur votre propre fil de médias sociaux et dans les articles d’actualité – profitez-en pour en apprendre davantage sur la cyberintimidation avec votre enfant. Dites systématiquement « C’est de la cyberintimidation » pour permettre à votre enfant de l’appeler par son nom lorsqu’il en voit. Donnez le bon exemple avec votre propre utilisation des médias sociaux en vous donnant des limites saines et en modélisant un comportement positif et respectueux en ligne.

Aidez vos enfants à se protéger contre la cyberintimidation en leur rappelant fréquemment de préserver la confidentialité de leurs informations personnelles et en vous assurant que leurs paramètres de confidentialité sont aussi stricts que possible sur leurs différents comptes. Établissez ensemble des règles claires sur le comportement en ligne et fixez des limites de temps d’écran. Maintenez un dialogue ouvert sur les sites qu’ils utilisent, le genre de choses qu’ils publient et les personnes avec lesquelles ils interagissent en ligne.

5. Surveillez les comptes de votre enfant

Dans un monde parfait, les enfants viendraient nous voir au premier signe de cyberintimidation, mais malheureusement, ce n’est généralement pas le cas. En tant que parents, notre rôle est d’être vigilants – et dans ce cas, cela veut dire fouineurs. Connaissez les noms d’utilisateur et les mots de passe de tous les comptes de vos enfants et vérifiez-les fréquemment pour détecter les signaux d’alarme. Si vous n’êtes pas en mesure de lire chaque message et chaque texte, une application comme Bark peut vous aider en vous alertant des conversations potentiellement inappropriées qui se déroulent sur le téléphone ou tout autre appareil de votre enfant. (Consultez notre critique de Bark pour plus d’informations.).

6. fixer des limites

Nous savons tous que plus nous sommes fatigués, moins nous sommes inhibés, et c’est la même chose pour les enfants. Fixer des limites fermes sur le temps passé devant l’écran, en particulier lorsqu’il s’agit d’applications de messagerie et de médias sociaux, peut aider à arrêter les problèmes avant qu’ils ne commencent. Des dispositifs comme Disney Circle permettent de définir facilement des heures de coucher spécifiques pour les appareils mobiles, de contrôler le temps que vos enfants passent sur certaines applis et de filtrer les sites Web que vous ne voulez pas qu’ils utilisent.

cyberintimidation

7. surveiller les signes d’alerte

La cyberintimidation se passe peut-être sur un écran, mais ses effets dans la vie réelle ne sont pas difficiles à repérer si vous savez quoi chercher. Un enfant victime de cyberintimidation peut se replier sur lui-même et passer plus de temps que d’habitude attaché à son téléphone. Il peut avoir de fortes réactions émotionnelles lorsqu’on lui demande d’éteindre son appareil, et il peut être d’humeur plus changeante que d’habitude. Vous pouvez également remarquer qu’il ferme son compte de médias sociaux actuel ou en crée de nouveaux et qu’il cache son appareil lorsque vous êtes à proximité. Si vous voyez l’un de ces signes, il est temps d’entamer une conversation.

6 mesures à prendre si votre enfant fait l’objet de cyberintimidation

La prévention est essentielle, mais la préparation l’est tout autant. Mettez en place un plan de match pour savoir quoi faire si votre enfant est victime de cyberintimidation.

1. Restez calme et renseignez-vous

Aussi difficile que cela puisse être, combattez votre instinct de maman (ou de papa) ours si vous apprenez que votre enfant est victime de cyberintimidation. Au lieu de cela, canalisez cette énergie pour apprendre les détails : Qui est impliqué ? Quand cela a-t-il commencé ? Où (sur quel site ou application) cela s’est-il passé ? Pourquoi la situation s’est-elle aggravée ? Comment s’est-il propagé ? Plus vous en saurez, mieux vous serez préparé à aider.

2. Tout documenter

Veuillez vous assurer que vous et votre enfant savez comment faire une capture d’écran sur leur appareil – c’est rapide et facile et cela peut vous aider à conserver la documentation. Faites des captures d’écran des conversations textuelles, des publications sur les médias sociaux et de toute autre preuve de la cyberintimidation. Sauvegardez-les sur un appareil sécurisé.

3. bloquer l’intimidateur

Bloquez la cyberintimidation et rendez le compte de votre enfant complètement privé pour le moment. Encouragez votre enfant à  » faire profil bas  » sur les sites de médias sociaux pendant un certain temps, jusqu’à ce que la tempête passe. Profitez de ce temps pour reprendre contact avec lui et renforcer la valeur des relations en face à face. Demandez à votre enfant de passer du temps sans écran avec des amis ou des membres de la famille positifs pour l’aider à reconstruire son sentiment d’estime de soi.

4. Signalez la cyberintimidation aux administrateurs de l’application et aux responsables de l’école

C’est la partie qui fera probablement grimacer votre enfant, mais si la situation est suffisamment perturbante, c’est une étape importante à franchir. Comme on dit, « voyez quelque chose, dites quelque chose ». Rappelez à votre enfant que le fait de faire subir à un tyran les conséquences de ses actes peut l’empêcher de s’en prendre à d’autres. Si votre enfant s’inquiète des répercussions, parlez à votre école d’un outil de signalement comme STOPit qui permet aux élèves de signaler la cyberintimidation de manière anonyme.

5. Ripostez par la positivité

Si votre enfant voit la cyberintimidation se produire à l’encontre d’un ami ou d’un camarade de classe, encouragez-le à rallier quelques amis et à poster publiquement des mots gentils et encourageants à son égard. Beaucoup de cyberintimidateurs reculent face à la pression positive des pairs, et savoir que vous n’êtes pas seul peut être très encourageant et rassurant pour quelqu’un qui est victime d’intimidation.

6. Demandez une aide professionnelle si nécessaire

Comme tout type de situation stressante, la cyberintimidation peut laisser des cicatrices profondes. N’ayez pas peur de chercher une aide professionnelle pour affronter un tyran et pour guérir les blessures émotionnelles qui pourraient conduire à la dépression. Un thérapeute ou un conseiller peut également aider à enseigner aux enfants comment créer des relations plus saines et comment éviter les relations dommageables.

FAQs

Que faire si le harcèlement se produit à l’école ?

Si votre enfant est victime d’intimidation à l’école, réagissez comme vous le feriez en cas de cyberintimidation. Restez calme, découvrez ce qui se passe, comment cela a commencé et qui est impliqué – et commencez à le noter. Vous ne pourrez pas bloquer l’intimidateur comme vous le pouvez avec la cyberintimidation, mais vous pouvez attirer l’attention des enseignants et des administrateurs.

Si votre enfant est témoin d’une intimidation, encouragez-le à se tenir aux côtés de l’enfant intimidé s’il se sent suffisamment en sécurité pour le faire. Souvent, le simple fait de rester solidaire et d’agir en tant que témoin peut dissuader l’intimidateur de continuer.

Mon enfant souffre de dépression à cause de la cyberintimidation, et je pense qu’il peut avoir des pensées suicidaires. Que dois-je faire ?

Aussi inconfortable que cela puisse être, la première chose à faire est de leur demander :  » As-tu pensé à te faire du mal, ou à envisager le suicide ?  » C’est une question douloureuse à poser, mais de nombreuses personnes ayant des pensées suicidaires se sentent en fait soulagées lorsqu’on leur donne l’occasion d’en parler. Si la réponse est  » oui  » – ou si vous ne faites que soupçonner qu’ils peuvent avoir ces idées noires – demandez immédiatement une aide professionnelle.

Qu’est-ce que le sexting ?

Le sexting est un terme qui désigne toute messagerie en ligne ou par SMS à contenu sexuel. Il peut s’agir de parler de choses sexuelles (comme l’équivalent texto du « phone sex ») ou d’envoyer des photos suggestives. Le sexting sans invitation est une cyberintimidation.

Comment puis-je protéger mon enfant des prédateurs sur Internet ?

La vie privée est la clé. Encouragez vos enfants à n’interagir en ligne qu’avec des personnes qu’ils ont déjà rencontrées en personne. Apprenez-leur à ne jamais partager des informations personnelles comme leur numéro de téléphone, leur adresse, leur école, leur nom de famille ou d’autres détails. Fixez des limites quant à l’endroit où les appareils mobiles peuvent être utilisés dans la maison et veillez à ce qu’ils soient toujours placés dans des zones communes afin que vous puissiez voir à qui vos enfants parlent. Vérifiez fréquemment leurs appareils pour contrôler leurs conversations et vous assurer qu’elles sont appropriées. Maintenez un dialogue ouvert sur les personnes avec lesquelles ils communiquent en ligne et sur ce dont ils parlent.

Il peut sembler effrayant d’élever des enfants dans un monde où l’intimidation peut les suivre à la maison, mais avec les bons outils, vous pouvez être leur plus grand allié. Rappelez-vous que l’une de leurs meilleures défenses contre l’intimidation est de savoir que leur valeur ne découle pas du nombre de « likes » qu’ils obtiennent, qu’ils sont plus qu’une photo de profil et qu’ils sont inconditionnellement aimés par vous.

Ressources supplémentaires

  • Guide de sécurité sur Internet pour les enfants
  • Comment protéger les enfants des étrangers en ligne
  • Meilleurs traceurs GPS pour enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *