Catégories
Accompagnement psychologique

Aider les enfants à faire face à la mort (et à d’autres événements stressants de la vie)

Salut les lecteurs du salon des idées. C’est Heather de FamilyVolley, de retour pour partager avec vous quelques conseils utiles sur l’art d’être parent.

J’avais prévu quelque chose pour ce post, mais lorsque je me suis réveillée il y a quelques jours pour commencer à écrire, tout a changé. Mon fil Instagram était couvert d’images d’un gentil petit garçon qui a été tragiquement tué la semaine dernière. Sa mère est impliquée dans les médias sociaux, et la communauté a publié des messages de soutien pour elle, son mari et leur famille. Je n’ai pas été capable de me débarrasser de l’image de ce petit garçon. Je ne peux m’empêcher de regarder mes propres enfants différemment et de penser à mon rôle de mère différemment aussi. Je ne connais pas cette famille, mais j’ai mal au cœur pour eux.

Alors que je suivais l’histoire, les larmes coulant sur mon visage, notre fille est entrée dans la pièce. Elle a regardé par-dessus mon épaule et a demandé qui était le petit garçon et la conversation sur la vie et la mort a commencé. Comme souvent, j’ai compris qu’en tant que mère, je suis là pour les aider à surmonter les difficultés. Pour les aider à comprendre, même si je ne comprends pas. De mettre de côté ma blessure, pour les aider à surmonter la leur. Je suppose que beaucoup d’entre vous ont eu besoin d’avoir une conversation similaire avec leurs enfants. Le comment et le pourquoi sont difficiles. Comment expliquer qu’un enfant est blessé, ou enlevé si jeune.

Donc, le post de cette semaine a changé. Pour tenter de vous offrir quelques réponses et un peu d’aide lorsque ces conversations difficiles surviennent, discutons de la façon dont nous pouvons aider les enfants à faire face au stress et à l’incertitude de la mort. Ces conseils peuvent être utilisés pour tout stress auquel les familles sont confrontées, (un nouveau frère ou une nouvelle sœur, un déménagement, l’entrée à l’école, etc…)

Premièrement, n’oubliez pas que chaque membre de votre famille gère le stress différemment. Lorsque les enfants sont très jeunes, nous pouvons être plus limités dans ce que nous leur disons, mais nous ne voulons jamais mentir, ou tromper. Soyez honnête, n’inventez pas des choses.

Nous voulons essayer de reconnaître comment le stress affecte les enfants (et les adultes) dans notre famille. Certains enfants deviennent violents ou désobéissent. D’autres, comme notre fille, deviennent très calmes et repliés sur eux-mêmes. Il y a presque toujours des manifestations comportementales lorsqu’on fait face au stress. Soyez patient. Pensez à la difficulté de faire face à ces choses en tant qu’adulte, puis mettez-vous à la place de votre enfant.

Maintenant… des suggestions plus spécifiques.

1. S’en tenir à l’essentiel et éliminer le stress

Lorsqu’il y a un décès ou un autre stress dans votre vie familiale, nous devons faire tout ce que nous pouvons pour éliminer le plus de stress possible de votre foyer. Si nous ne pouvons pas faire face aux tâches quotidiennes, nous devons demander de l’aide. Éliminez TOUTES les activités et événements inutiles. Revenez à l’essentiel.

2. Respectez le calendrier

C’est l’une des choses les plus utiles que nous puissions faire pour les enfants et pour les familles. Gardez la vie cohérente et continuez à faire ce que vous avez toujours fait. Les routines rendent la vie prévisible. Lorsque les choses sont prévisibles, nous nous sentons en sécurité. Si nous changeons tout d’un coup, cela crée de l’incertitude chez les enfants, ce qui ajoute au stress. Cela leur donnera également l’impression que la mort ou le stress a provoqué cette instabilité.

mort

3. Soyez un bon exemple

Lorsque ma grand-mère est morte de façon inattendue, j’avais envie de crier et de hurler, de cracher et de jeter quelque chose. Je voulais être tellement en colère. Mais je ne pouvais pas. Pas comme ça, et pas devant les enfants. Nous devons rester calmes nous-mêmes. les enfants seront bouleversés par les éclats de voix et les cris. Je pouvais voir notre fille me regarder ce matin alors que je faisais défiler mon flux de médias sociaux. Ce ne sera pas la dernière fois qu’elle sera confrontée à la mort ou au stress. C’est à moi d’être un bon exemple pour elle maintenant, afin qu’en grandissant, elle ait les outils nécessaires pour faire face à ces situations difficiles. Je garde ma colère et ma douleur pour quand il n’y a que mon mari et moi, et alors je peux être un peu instable.

4. Soyez à l’écoute

C’est notre travail de protéger les enfants. Nous devons leur donner une chance de parler, de partager leurs sentiments, des laisser pleurer, d’être en colère, et nous devons les écouter. Écouter sans leur dire de se sentir différemment. Nous devons simplement les laisser ressentir le mal, la douleur et les émotions.

5. Enseigner aux enfants des compétences d’adaptation

Cela peut inclure comment gérer la colère, comment communiquer et parler des sentiments, comment prendre de grandes respirations et comment se détendre.

6. Faire des choses ensemble en famille

C’est un gros morceau. Un très très gros. Faites tout ce que vous pouvez pour faire des choses ensemble en tant que famille. Lorsqu’un être cher décède, nous n’avons généralement pas envie de sortir et de faire quoi que ce soit. Mais nous devons le faire. Il existe des preuves solides qui montrent qu’il est nécessaire de ressentir du chagrin et de la douleur, mais que les familles qui sortent et font des choses actives ensemble, surmontent la perte plus rapidement et de manière plus saine. Être actif nous aide à guérir.

7. Célébrez la vie

Aidez vos enfants et les membres de votre famille à faire des activités qui les aideront à se souvenir de l’être cher. Lorsque les enfants ont perdu leur arrière-grand-père, dont ils étaient très proches, ils ont chacun pu choisir un souvenir spécial à conserver dans leur chambre pour les aider à se souvenir de lui. Nous parlons également de lui à l’occasion de son anniversaire et des fêtes, et nous ressortons fréquemment des photos de lui et des histoires sur sa vie. Vous pouvez également créer un album sur leur vie que vos enfants pourront feuilleter. Trouvez des moyens de vous souvenir d’eux et de célébrer leur vie et les souvenirs qui vous sont si chers.

8. Trouvez du temps personnel pour faire votre deuil

Il peut être facile d’être tellement pris pour aider les enfants à faire face à la mort (ou au stress) que nous ne prenons pas le temps de faire notre propre deuil. C’est ce que j’ai fait à la mort de ma tante. Elle était très jeune et laissait derrière elle trois filles. Je suis rapidement devenue la suto-maman de deux d’entre elles. Un jour, je me suis effondrée sous la douche. Remplie de douleur et de chagrin. Je n’avais pas encore pris le temps de digérer cette perte. Et bien que l’on ait besoin de moi pour les aider et pour aider ma propre famille, j’ai dû prendre un peu de temps pour moi.

Cette fête des mères, nous célébrons les mères et les femmes partout. Les mères qui font des choses difficiles. Qui essuient les larmes, qui réconfortent quand les enfants ont mal, et qui apportent joie et amour aux enfants et aux familles. Et les mères qui perdent leurs enfants et qui, malgré tout, trouvent le moyen de sortir du lit chaque jour et de renforcer les femmes qui les entourent. C’est de loin la responsabilité la plus difficile que j’aie jamais assumée. Mais c’est aussi la plus gratifiante.

Bonne fête des mères à chacune d’entre vous, et aux mères de votre vie. Puissions-nous toutes avoir plus de force et de confiance pour aider les enfants à faire face aux situations difficiles que la vie nous apporte. Et que vos cœurs soient légers. Nous sommes tous dans le même bateau.

Comment expliquez-vous la mort à vos enfants ? .

Comment les aider, alors que vous avez besoin de prendre du temps pour vous aussi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *