Catégories
Accompagnement psychologique

Le phénomène psychologique de la «pensée de groupe» avec des exemples

Vous avez déjà été d’accord avec vos amis sur quelque chose juste pour éviter de vous sentir exclu ? Ou avoir vu quelqu’un commettre une grosse erreur au nom du maintien de la paix dans le groupe ? Alors vous avez vécu ou été témoin d’un phénomène connu sous le nom de «pensée de groupe». Nous vous expliquons la même chose, ainsi que quelques exemples célèbres de pensée de groupe dans tous les domaines.

Pour la première fois

En 1952, à propos d’un article du magazine Fortune, William H. Whyte a inventé pour la première fois le terme « pensée de groupe » .

Nous avons tous, à un moment ou à un autre, été confrontés à une circonstance où nous avons dû supprimer les véritables idéaux, croyances et opinions pour éviter les disputes, les frustrations, le ressentiment et le sentiment de ne pas être à notre place. Cela se produit souvent lorsque nous sommes en famille en train de débattre des croyances, avec des pairs lors de discussions, et sur le lieu de travail, lors d’un brainstorming. Mais ce ne sont pas les seules situations isolées où vous trouverez l’occurrence d’un tel incident. Alors, comment s’appelle ce type de comportement ?

Ce phénomène est une occurrence psychologique connue sous le nom de «pensée de groupe». Ce type de comportement a été étudié pour la première fois par un psychologue social de l’université de Yale, qu’il a abordé dans son livre de 1972 intitulé Victims of Groupthink. L’idée de cette recherche a été déclenchée lorsqu’il a commencé à effectuer des recherches sur le projet du soldat , où il a étudié les effets du stress sur la cohésion du groupe. Cela l’a amené à se demander pourquoi, malgré la présence de nombreux esprits éduqués et informés dans un groupe, des décisions erronées étaient prises dans l’ensemble. Il a étudié de nombreux événements politiques pendant ce cours, qu’il a publié dans son livre révisé «Groupthink : Psychological Studies of Policy Decisions and Fiascoes» en 1982. Nous y reviendrons plus tard. Mais d’abord, essayons de comprendre la signification du groupthink.

Définition et signification du groupthink

Comme donné par Janis

Selon Janis, la «pensée de groupe» était un mode de pensée dans lequel les gens s’engagent lorsqu’ils sont profondément impliqués dans un groupe interne cohésif, lorsque les membres s’efforçant d’obtenir l’unanimité l’emportent sur leur motivation à évaluer de manière réaliste des plans d’action alternatifs.

Selon le dictionnaire

La pensée de groupe est un modèle de pensée caractérisé par l’auto-illusion, la fabrication forcée du consentement et la conformité aux valeurs et à l’éthique du groupe.

Alors, qu’est-ce que cela signifie ? À travers tout ce jargon compliqué, ce que le dictionnaire et Janis essaient de dire, c’est que dans un groupe qui a beaucoup d’uniformité ou de cohésion parmi eux, ils ont tendance à prendre des décisions unanimes, sans évaluer correctement toutes les options possibles ou en supprimant leurs véritables opinions, afin d’éviter les conflits et de ne pas être considérés comme un paria du groupe. En conséquence de cette action, ils prennent des décisions erronées qui peuvent entraîner des conséquences désastreuses.

Essayons donc de comprendre pourquoi cela se produit.

Causes de la pensée de groupe

Janis a fourni une ligne directrice qui soulignait les nombreuses causes d’un tel comportement parmi les groupes. Examinons celles-ci.

Haute cohésion de groupe

Désindividuation

Ceci se produit lorsque les gens attribuent plus de valeur à l’unité du groupe qu’à l’expression et aux opinions individuelles.

Défauts structurels

Insulation du groupe

Ceci se produit lorsque, en raison de la cohésion, ils étaient protégés des opinions ou des points de vue extérieurs.

Manque de leadership impartial

Souvent, les chefs d’équipe essaient d’imposer leurs idées, leurs points de vue et leurs opinions à leur coéquipier, et ce dernier ne peut pas argumenter par peur d’être isolé.

Manque de normes exigeant une procédure méthodologique

Puisque ce type de prise de décision est fortement basé sur l’opinion, il n’y a pas de procédure appropriée utilisée pour tester la validité de ces décisions dans le monde réel.

Homogénéité des milieux sociaux et de l’idéologie des membres

Plus d’une fois, les équipes à forte cohésion ont tendance à provenir de milieux sociaux similaires, ce qui les amène automatiquement à partager les mêmes points de vue et idéaux sur un certain sujet, ne laissant aucune place aux opinions variées.

Les failles situationnelles

Menaces externes très stressantes

La peur d’être rejeté, d’être ostracisé, d’être écarté du groupe et d’être stéréotypé provoque du stress chez les membres, ce qui conduit à la conformité.

Échecs récents

Parfois, un individu peut avoir connu un échec récent où son idée ou son raisonnement n’a pas semblé fonctionner. En lieu et place d’un tel fiasco, ils ont tendance à douter de leurs propres opinions et à aller là où la foule se déplace.

Des difficultés excessives sur la tâche de prise de décision

Dans de nombreux cas, prendre des décisions peut être une tâche difficile, et pour éviter le stress qui en découle, ils se contentent d’être d’accord avec la masse, ou choisissent de rester silencieux.

Dilemmes moraux

Parfois, l’opinion d’une personne peut soulever des débats et des questions morales, et pour éviter de telles situations, une personne choisit de se conformer.

Nous savons maintenant ce qui pousse les gens à adopter un comportement de pensée de groupe. Alors comment identifier l’occurrence de la pensée de groupe ? Examinons les signes révélateurs !

Symptômes de la pensée de groupe

Les effets de la pensée de groupe sont très étendus et on peut l’observer dans un nombre varié de domaines allant des sciences politiques, de la psychologie sociale et du conseil, aux études organisationnelles, aux études de gestion, au marketing et à la stratégie, et tout ce qui se trouve entre les deux. Cela peut avoir un effet négatif sur chacun de ces domaines, c’est pourquoi être capable d’identifier un tel comportement est intégral, et constitue la première étape pour trouver une solution.

Selon Janis, les 8 facteurs suivants pourraient être considérés comme les principaux symptômes de la «pensée de groupe» :

Type I : Surestimations des groupes

Illusions d’invulnérabilité

Lorsqu’ils en viennent à prendre certaines décisions qui ont été unanimes et couronnées de succès, ils ont tendance à se reposer sur leurs lauriers et à se sentir protégés contre les mauvaises décisions en raison du type d’équipe qui a été constitué. Cela les encourage encore plus à prendre plus de risques.

groupe

Croyance indiscutable en la moralité du groupe

Etant donné la forte cohésion de ces groupes qui partagent des idéaux similaires, ils ont le faux sentiment de croire que leurs décisions doivent toutes être moralement correctes, ce qui les oblige à ignorer les conséquences de ces décisions.

Type II : le groupe de type I.

Type II : l’étroitesse d’esprit

Avertissements rationalisants

Lorsqu’ils prennent des décisions, malgré les suggestions et les validations du fait qu’un certain choix est nuisible ou incorrect, le groupe essaie de rationaliser ses actions avec des notions malavisées.

Stéréotypes

L’une des conséquences les plus néfastes de la pensée de groupe est le stéréotype des personnes qui ne partagent pas les vues, les idéaux et les opinions du «groupe intérieur». Il s’agit à la fois d’une cause et d’un effet de la pensée de groupe et peut être considéré comme un cercle vicieux.

Type III : Pressions vers la conformité

L’autocensure

Par peur d’être rabaissé, exclu, stéréotypé et de faire l’objet de moqueries, les membres tentent de supprimer leurs opinions personnelles en faveur d’une décision unanime.

Illusions d’unanimité

Certains membres ont tendance à rester silencieux afin d’éviter les conflits, et ce silence est considéré comme un accord envers la décision en question. Ainsi, malgré les doutes qui sont présents, toutes les décisions semblent unanimes.

Pression directe

Ceux qui ont tendance à argumenter avec l’opinion du groupe ou à aller à l’encontre de leur décision sont considérés comme déloyaux ou manquant d’esprit d’équipe. Ce type de pression conduit à nouveau à la conformité.

Mindguards

Certains membres de l’équipe deviennent des «gardes de l’esprit» autoproclamés qui protègent le groupe des vues et opinions contradictoires.

Nous savons maintenant comment repérer de telles occurrences mais regardons quelques exemples issus de situations et de domaines différents qui nous aideront à mieux comprendre ce phénomène !

Exemples de pensée de groupe

Dans l’histoire

L’idée même de pensée de groupe a évolué autour de l’étude par Janis de différents événements politiques qui ont eu lieu au cours de l’histoire e, et des décisions qui ont finalement laissé à de dures conséquences. Ceux-ci ont été mentionnés dans son livre de 1982 «Groupthink : Psychological Sutdies of Policy Decisions and Fiascoes» .

Guerre du Vietnam

Selon l’étude réalisée par Janis, la guerre du Vietnam s’est produite en raison de la prise de décision défectueuse résultant de la pensée de groupe des soldats et des autorités à Pearl Harbor. Le gouvernement avait déjà intercepté des messages japonais qui indiquaient qu’ils planifiaient une attaque frontale sur le port , et ils avaient prévenu leurs autorités à Hawaï. Mais les responsables avaient la fausse croyance que le Japon ne lancerait jamais une telle attaque parce qu’ils étaient voués à être vaincus par les forces es à terme. Le reste appartient à l’histoire.

Invasion de la baie des Cochons

Sous l’administration d’Eisenhower, la CIA prévoyait d’infiltrer Cuba et de lancer une attaque militaire à l’intérieur du pays. Lorsque Kennedy prit le pouvoir, il donna le feu vert à cette attaque, malgré les inquiétudes soulevées par des personnalités, l’invasion se solda par un fiasco où les forces es furent vaincues par l’armée cubaine en l’espace de 3 jours.

Crise des missiles cubains

Après leur échec lors de la précédente invasion, Kennedy prit de nouvelles mesures pour s’assurer qu’un tel fiasco ne se répète pas. Lorsqu’il apprend que l’Union soviétique aide Cuba à installer des missiles sur son territoire pour se protéger d’une nouvelle attaque militaire, Kennedy forme différents groupes pour trouver des solutions, s’absente de certaines réunions de prise de décision et fait appel à des spécialistes pour superviser les réunions afin de s’assurer que toutes les bases sont couvertes pour faire face à la crise. Finalement, ils sont parvenus à un accord avec les Soviétiques où ces derniers devaient retirer le missile de Cuba à condition qu’ils détruisent l’un des leurs, évitant ainsi toute nouvelle tension entre les parties concernées.

Les challengers de la navette spatiale

Malgré les avertissements des ingénieurs concernant certains soucis liés à la mécanique de la navette spatiale, la NASA a choisi d’ignorer les avertissements, afin d’éviter de reporter le lancement de la navette. Elle pensait que ses premiers essais étaient suffisamment probants pour justifier le fonctionnement de Challenger. Malheureusement, la NASA s’est trompée et quelques minutes après le décollage, la navette spatiale a été détruite, tuant les sept membres qui étaient à bord.

En regardant ces exemples, la pensée de groupe a évolué d’une simple hypothèse à des exemples d’occurrences dans la vie réelle.

Dans les films et la culture populaire

Le livre Lord of the Flies de William Golding, qui a ensuite été adapté au cinéma, s’intéresse à l’histoire d’un groupe de garçons qui se retrouve déserté sur une île et qui, en formant des groupes et en ayant de fausses croyances mutuelles, a finalement conduit à la perte de l’amitié, à la mort de jeunes enfants et à une perte de moralité dans son ensemble.

La pensée de groupe a évolué d’une simple hypothèse à des exemples réels.

Le court-métrage Kony 12 a été diffusé par l’organisation caritative Invisible Children, Inc. qui s’est inspirée du criminel de guerre et fugitif Joseph Kony, dans le but d’obtenir un soutien pour son arrestation et l’inculper pour les crimes brutaux qu’il avait commis – l’un d’entre eux étant l’embauche d’enfants comme fantassins. La vidéo est devenue virale et a été visionnée plus de 99 millions de fois. Le problème est que, bien que l’organisation dépeigne des faits exacts, les gens ne réalisent pas que l’idée est de collecter des fonds, et que la plupart des fonds collectés par l’ICI servent à financer des films comme celui-ci. Les médias sociaux ont facilité l’idée d’une pensée de groupe sans présenter tous les côtés de l’histoire.

Le film Mean Girls est un exemple classique de pensée de groupe où la «fille populaire» avait des adeptes qui, ensemble, croyaient que tout ce qu’ils faisaient et la façon dont ils agissaient étaient corrects, et ils stéréotypaient ceux qui étaient différents comme des «losers».

Les médias sociaux ont facilité l’idée de la pensée de groupe sans présenter la face cachée de l’histoire.

Le film 12 Angry Men de 1957 est un exemple de la façon dont la recherche du consensus peut conduire à un jugement erroné. Le film tourne autour d’un jury de 12 hommes qui doivent décider si un grand nombre était coupable au-delà de tout doute raisonnable, et comme on le sait, pour inculper un criminel, la décision du jury doit être unanime.

Le film The Wave de 2008, explore l’expérience sociale de Ron Jones connue sous le nom de The Third Wave. Il tente de démontrer comment même les pays démocratiques peuvent être influencés pour accepter le fascisme. L’holocauste lui-même peut être considéré comme un exemple de pensée de groupe, où les nazis croyaient que ce qu’ils faisaient était pour le plus grand bien de la nation, ce qui a conduit à la perte de millions de vies.

Si l’on regarde les médias sociaux aujourd’hui, les apports massifs que nous recevons de différentes nations nous amènent à croire que «si tout le monde le fait, cela doit être bien». Prenez par exemple le Ice Bucket Challenge. Ce qui a été lancé comme une tentative de sensibilisation et d’argent de charité, a fini par être un coup de popularité fait par des milliers de personnes à travers le monde qui ont oublié la véritable idée derrière tout le défi.

Nous voyons tellement de mèmes sur les sites de réseaux sociaux où les gens diffusent leurs opinions, et obtiennent des « likes » et des « tweets » en retour. Si une personne émet une opinion contradictoire et/ou opposée à celle énoncée, elle est ostracisée et considérée comme un trouble-fête, ou un détracteur ou un rabat-joie.

Dans l’éducation

Il fut un temps où les éducateurs croyaient que «les enseignants sont censés nous dire comment penser, pas quoi penser». Mais aujourd’hui, de nombreuses salles de classe font exactement le contraire, elles ont soit tendance à propager des idées libérales et à stéréotyper les opinions opposées, soit l’inverse.

Prenons l’exemple de la Mensa International, un groupe d’individus au QI élevé et aux capacités de créativité et de réflexion exceptionnelles. Ceux qui, au sein de l’organisation, ne trouvaient pas leur place ont formé ce qu’ils ont appelé le «Groupe d’intérêt spécial pour la réforme de Mensa». Ce groupe visait à renverser le génie à l’origine de l’organisation elle-même en remplissant de fausses conceptions des individus dans l’esprit des membres du groupe.

Dans les affaires

L’une des raisons pour lesquelles la pensée de groupe fait partie du cours des étudiants en commerce est les exemples de l’histoire qui ont prouvé les effets négatifs de la pensée de groupe sur la prise de décision.

La pensée de groupe est un phénomène qui se produit dans les entreprises.

Ce qui était autrefois connu comme la «banque volante» en raison de son grand succès commercial, Swissair a rapidement été victime de la pensée de groupe lorsqu’ils ont cru à la moralité et à l’invulnérabilité du groupe. Ils ont licencié beaucoup de leurs conseillers et autorités, et les membres du conseil d’administration qui n’avaient aucune connaissance de certains domaines, ont pris des décisions sévères qui ont finalement laissé à la faillite et à la dissolution de la compagnie.

Un autre exemple est celui des décisions mal orientées prises par Marks and Spencer et British Airways. Croyant qu’ils étaient invulnérables à la perte, en raison de leurs années de profit, ils ont pris certaines stratégies d’expansion qui ont conduit à une chute de leurs deux parts de marché boursier de 590 à 300, et de 740 à 300 respectivement au cours de la période de 1998-1999.

Dans les sports

En 1999, les associations d’arbitres de la Major League ont organisé une démission massive, avec la fausse croyance de leur importance dans la ligue de baseball, et avec l’espoir que cela pourrait leur procurer une position de négociation forte. Cela a échoué, et à peu près tous ont été remplacés avec bonheur.

Nous savons maintenant à quel point les conséquences de la pensée de groupe peuvent être drastiques. Voyons donc comment nous pouvons empêcher la pensée de groupe de se produire.

La pensée de groupe.

Comment éviter le groupthink

Janis a couvert toutes ses bases lorsqu’il a effectué des recherches et écrit sur ce phénomène. En plus des causes, et des symptômes, il a également fourni une ligne directrice qui aiderait à réduire les chances que le groupthink se manifeste. Voici ces méthodes :

Sa première suggestion est que le leader doit désigner l’un des membres comme « évaluateur critique » qui pèsera la valeur des décisions prises par le groupe.

Auparavant, le leader doit éviter d’exprimer ses opinions personnelles lorsqu’il attribue des tâches, afin de réduire la pression exercée sur les autres membres pour qu’ils s’y conforment.

Il doit s’absenter de la salle de conférence et de la salle de réunion.

Il doit s’absenter des réunions où des décisions importantes sont prises, là encore pour éviter d’influencer l’opinion des membres.

Le leader doit mettre en place un système de gestion des ressources humaines.

Le leader devrait mettre en place plusieurs groupes indépendants qui travailleront simultanément sur une tâche spécifique, afin de faciliter l’expression de différents points de vue et de contributions libres et d’une perspective plus large sur une tâche particulière.

C’est la raison pour laquelle le leader devrait mettre en place plusieurs groupes indépendants qui travailleront simultanément sur une tâche spécifique.

Toutes les alternatives qui ont été ou n’ont pas été écartées doivent être examinées et réexaminées afin de permettre de prendre la meilleure décision.

Les membres de l’équipe doivent discuter de leurs points de vue et de leurs idées.

Chaque membre doit discuter de ses opinions avec un membre de confiance extérieur au groupe afin d’obtenir un point de vue tiers et impartial sur la question à traiter.

Les experts en matière de sécurité et de protection de l’environnement doivent être consultés.

Des experts du domaine particulier doivent être invités à l’extérieur du groupe/de l’entreprise, qui peuvent surveiller les réunions et qui peuvent être interrogés, afin que l’équipe puisse s’assurer que la meilleure décision est prise.

Un membre doit être désigné comme «l’avocat du diable» pour chaque réunion. De cette façon, chaque point de vue peut être disséqué et la meilleure solution possible peut être obtenue.

Les membres de l’équipe doivent être désignés comme «avocat du diable» pour chaque réunion.

Le concept de pensée de groupe a connu des adeptes et des détracteurs. Néanmoins, il est devenu un champ d’étude important afin d’améliorer les performances des groupes de décision, ainsi que de l’entreprise (si c’est le cas en question) dans son ensemble.

La pensée de groupe est un concept qui a fait ses preuves.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *