Catégories
Handicap et enfants atypiques

Bilan orthophonique pour repérer une dyslexie, dysorthographie ou dysgraphie

Tous les enfants ne peuvent évoluer de la même manière. Certains ont plus de mal à assimiler l’apprentissage de la lecture. D’autres n’arrivent pas à s’exprimer correctement à l’oral. Ils présentent des troubles du langage oral ou écrit. Heureusement, ceux-ci peuvent être détectés très tôt et traités efficacement. Pour ce faire, il est idéal de faire un bilan orthophonique pour repérer une dyslexie, dysorthographie ou dysgraphie.

Comment le bilan orthophonique peut aider à repérer une dyslexie, une dysorthographie ou une dysgraphie ?

Le bilan orthophonique n’a pas seulement pour but de détecter un trouble du langage écrit ou oral. Il peut aussi en déterminer la cause. En outre, l’orthophoniste peut conseiller un traitement.

À l’oral

Le bilan orthophonique est réalisé à travers différents tests. Par exemple à l’oral, la phonologie, l’articulation, les praxies bucco-faciales, la méta phonologie, le lexique et la syntaxe sont évalués. Ces évaluations sont importantes, car en guise d’illustration, l’enfant atteint de dyslexie phonographique a du mal à transcrire les lettres en sons.

À l’écrit

Le test du langage écrit repose en partie sur une évaluation des capacités de l’enfant dans la lecture. L’autre partie est l’épreuve d’écriture. Cette dernière est essentiellement basée sur différents types de dictées. En fonction des difficultés rencontrées par l’enfant ou des erreurs qu’il commet, l’orthophoniste établit son diagnostic. Par exemple, un enfant dyslexique aura du mal à identifier les lettres. Il peut aussi faire quelques omissions auditives, en plus de confusions visuelles et d’inversions de lettres.

À l’opposé, les enfants atteints de dysorthographies font des erreurs de syntaxe. Ils ont également du mal à transcrire les mots qui se prononcent de la même manière. Par contre, l’enfant dysgraphique a une écriture qui est parfois illisible. En outre, il éprouve de grandes difficultés dans l’écrit. Parfois, il est tellement fatigué par l’écriture qu’il tombe dans l’agraphie (incapacité à écrire).

orthophonique

Qui doit effectuer le bilan orthophonique et comment débute-t-il ?

Le bilan orthophonique n’est pas uniquement réservé aux enfants. Des adolescents et adultes sont aussi appelés à consulter ce spécialiste.

Pour qui ?

L’orthophoniste est généralement consulté à tous les âges. Dès que les parents ou un enseignant soupçonnent la présence d’un de ces troubles chez un enfant, ils peuvent conseiller ce bilan. En effet, les parents peuvent détecter des anomalies en aidant leurs enfants à préparer leurs cours et leurs examens. Parfois, c’est le médecin de l’enfant qui prescrit la consultation d’un orthophoniste. Les enfants présentant un autre handicap comme la surdité passent aussi le bilan orthophonique. En effet, ces conditions entraînent parfois des difficultés dans l’apprentissage du langage et de la communication. Enfin, un adulte ou un adolescent qui éprouve des difficultés à l’écrit ou à l’oral à la suite de pathologie ou d’un traumatisme peut aussi consulter l’orthophoniste.

L’anamnèse

L’orthophoniste commence la consultation par un questionnaire pour l’enfant et ses parents. Son but est de déterminer les conditions et antécédents qui peuvent influer sur le développement de l’enfant. Il s’intéresse notamment à l’origine de la consultation (qui l’a prescrite ou l’a demandée). Ensuite, il pose des questions sur les antécédents de l’enfant concernant par exemple sa motricité, sa propreté, l’utilisation de jeux vidéo ou ses premiers mots. Enfin, il pose des questions sur le mode de vie des parents de la famille ou de la personne qui consulte.

Il est très important d’effectuer très tôt le bilan orthophonique pour repérer une dyslexie, dysorthographie ou dysgraphie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *