Catégories
Aide à la parentalité

Comment apprendre à vos enfants à se construire et à développer un bon caractère

La bonne moralité est-elle vraiment importante ? Est-il important de dire la vérité lorsqu’un mensonge permet d’éviter une punition ou de gagner un statut et une fortune ? L’éthique personnelle est-elle un avantage ou un obstacle pour ceux qui tentent de gravir les échelons de l’entreprise ? Dans le monde réel, la fin justifie-t-elle les moyens ?

Ce sont des questions que les humains se posent depuis des siècles, mais elles sont particulièrement significatives aujourd’hui, alors que beaucoup se demandent si les valeurs et la morale qui ont historiquement gouverné le comportement humain sont toujours pertinentes dans une société coupe-gorge.

Un examen des chiffres historiques pourrait suggérer que le caractère – l’ensemble des morales et des croyances qui influencent la façon dont nous interagissons avec les autres et nous nous sentons nous-mêmes – semble avoir peu d’effet sur la capacité des gens à acquérir la célébrité, la richesse ou le pouvoir. En fait, c’est parfois tout le contraire qui est vrai :

  • Adolph Hitler, Joseph Staline et l’Ayatullah Khomeini sont tous apparus sur la couverture du magazine Time en tant que « personne de l’année », bien qu’ils aient causé des millions de morts et des difficultés insondables pour leurs compatriotes.
  • Les dirigeants politiques mentent régulièrement à leurs électeurs et remplissent leurs portefeuilles en vendant leurs votes au plus offrant.

Les PDG d’entreprises éliminent ou réduisent les avantages sociaux qui touchent des milliers de travailleurs pour ajouter un centime supplémentaire aux bénéfices trimestriels par action tout en augmentant leurs propres revenus à des niveaux historiquement élevés.

Pourtant, si un manque de caractère peut permettre l’ascension de despotes, d’égoïstes et d’hommes et de femmes impitoyables de temps à autre, l’histoire a prouvé à maintes reprises que de tels dirigeants finissent par échouer. Comme il le dit, « l’orgueil démesuré et la cupidité ont une façon de rattraper les gens, qui perdent alors le pouvoir et la richesse qu’ils ont si ardemment recherchés. »

Si vous êtes parent, inculquer un bon caractère à votre enfant est l’une des nombreuses façons dont vous pouvez l’aider à mener une vie réussie et heureuse. Voici comment un bon caractère peut être bénéfique à votre enfant et comment l’aider à le développer.

Qu’est-ce que le caractère ?

Dans son livre il définit le caractère comme une indication de la capacité d’une personne à  » inhiber les instincts humains les plus bas de la peur, de l’avidité, de l’égoïsme et de l’orgueil tout en exerçant délibérément les vertus de la bonté.  »

Le mot « caractère » vient d’un mot grec qui signifie graver, gratter ou rayer pour laisser une impression permanente. Les humains ne naissent pas avec du caractère ; c’est le résultat d’un choix délibéré, d’un entraînement et d’une pratique jusqu’à ce que les valeurs qui régissent les actions soient ancrées dans notre subconscient.

Le caractère est le reflet de ce que nous choisissons d’être, des attitudes et des valeurs qui régissent notre comportement et reflètent ce que nous ressentons pour nous-mêmes et pour les autres. Un chroniqueur au New York Times et auteur à succès, affirme que le bon caractère vient de « la lutte contre vos faiblesses et la profondeur de caractère vient de la lutte, du combat avec vos défauts »

L’organisation mondiale à but non lucratif VIA Institute on Character a élaboré une liste de 24 valeurs qu’ils reconnaissent comme faisant partie du bon caractère. Celles-ci relèvent de catégories allant de « l’appréciation de la beauté &amp ; de l’excellence » à « l’entrain » et peuvent constituer un guide précieux pour les comportements et les attitudes que vous devez inculquer à votre enfant.

Les retombées d’un bon caractère

Développer le caractère d’un enfant n’est pas un projet à court terme. Pour réussir, vous devez faire preuve d’insistance, de persévérance et de constance au fil des ans, même si le résultat de vos efforts ne sera peut-être pas évident avant que votre enfant n’atteigne la maturité

Il est important d’enseigner le caractère à son enfant.

Enseigner le caractère n’est pas une tâche facile, ce qui amène beaucoup de personnes dans notre culture séculaire et axée sur les résultats à se demander ce que cela représente pour elles et leurs enfants. Plutôt que d’essayer d’inculquer des valeurs abstraites à les enfants, les efforts et les fonds ne seraient-ils pas mieux utilisés pour atteindre des objectifs immédiats et tangibles, comme entrer dans les bonnes écoles, rencontrer les bonnes personnes ou exceller dans une compétence particulière ?

Ce concept peut sembler vague, mais il existe des avantages tangibles du caractère qui durent toute la vie, notamment :

1. De meilleures relations personnelles

Le caractère est essentiel à la confiance, et la confiance est la base de toutes les relations, qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Comme l’écrit le psychologue, « C’est notre sympathie qui prédit tant de résultats des décennies plus tard. C’est la clé pour savoir comment réussir dans un monde moderne.  »

2. Des performances académiques plus fortes

Selon une étude menée en 2009 par des chercheurs de l’université de Knoxville auprès de collégiens, le caractère correspond directement à une moyenne générale plus élevée et à une plus grande satisfaction de la vie en général.

3. Une meilleure capacité à surmonter les défis

Tout le monde est confronté à des revers dans la vie – comme la perte d’un emploi, un divorce ou une maladie – qui peuvent briser le cœur et l’esprit. Ceux qui ont un fort caractère font preuve d’une plus grande capacité à rebondir et à poursuivre leurs objectifs malgré les obstacles qu’ils peuvent rencontrer.

Par exemple, Winston Churchill a subi une défaite politique majeure après la Première Guerre mondiale et s’est retiré du gouvernement pendant plus de dix ans avant de revenir pour diriger la lutte britannique contre les nazis. En raison de son courage indomptable et de sa volonté d’accepter ses responsabilités, il est mort en étant l’un des dirigeants les plus aimés et respectés au monde. Steve Jobs, humilié et ridiculisé publiquement après sa démission forcée en 1985 d’Apple – l’entreprise qu’il a cofondée – a fait preuve d’une persistance, d’une confiance en soi et d’une résilience extraordinaires qui ont conduit à son retour chez Apple en 1996 et à un nouveau succès.

4. Plus de promotions de carrière & opportunités

Selon Forbes, les employeurs apprécient le plus les employés qui peuvent travailler efficacement en équipe, prendre des décisions et résoudre des problèmes. Les traits de caractère les plus critiques pour travailler en équipe sont la sincérité, la compassion pour les autres et la patience, en plus de la confiance en soi et de l’humilité si nécessaire. En tant qu’ancien agent de niveau C dans l’une des plus grandes entreprises de services de santé du pays, je peux attester que le caractère des employés était un facteur important dans les décisions de promotion.

5. Plus de possibilités de leadership

L’Ivey Business Journal le dit bien : « Grattez la surface d’un vrai leader, ou regardez sous sa personnalité, et vous trouverez du caractère. » Les vrais leaders, capables d’inspirer les organisations à des niveaux élevés d’intégrité et de transparence, sont particulièrement critiques dans l’environnement actuel d’égoïsme, de discrimination et de focalisation sur le court terme.

6. Succès commercial

Une étude rapportée a révélé que les PDG ayant des notes de caractère élevées – en particulier dans les catégories de l’intégrité, de la responsabilité, du pardon et de la compassion – ont délivré un retour sur actifs près de cinq fois supérieur à celui des PDG ayant des notes de caractère faibles.

Parmi ces dirigeants, citons Sally Jewell, une ancienne secrétaire de l’Intérieur qui a surmonté la discrimination fondée sur le sexe et les sentiments anti-grandes entreprises pour protéger les trésors naturels, historiques et culturels pour les générations futures, et Charles Sorenson, dont la gentillesse, l’éthique et la patience lui ont permis de diriger un cabinet de 1 200 médecins en tant qu’exemple de la manière de réduire les coûts des soins de santé nationaux.

7. Une meilleure santé

Une étude publiée a révélé que les travailleurs ayant des traits de caractère forts gèrent mieux le stress au travail et dans la vie que ceux qui n’ont pas ces qualités. Un rapport publié dans le bulletin a examiné des centaines d’études concernant le lien entre le caractère et la santé, tant physique que mentale. Le consensus était que le caractère prédit de manière fiable la santé physique et le handicap, ainsi que l’évitement des substances, la forme cardio-respiratoire et la guérison des maladies.

8. Satisfaction personnelle

Des valeurs de caractère fortes telles que la gratitude, l’amour et la curiosité conduisent à un niveau plus élevé de satisfaction de vie et de sentiments de bien-être, selon une étude publiée.

La force de caractère et l’éthique restent aussi importantes – si ce n’est plus – dans la société actuelle que dans n’importe quelle période de l’histoire. Une personne qui manque de caractère est susceptible d’être confrontée à l’adversité et à la déception tout au long de sa vie

Il s’agit d’une question d’éthique.

Comment enseigner à votre enfant un bon caractère

La formation du bon caractère commence à la maison. Les parents sont l’influence la plus importante d’un enfant, de la petite enfance jusqu’à l’adolescence, lorsque les groupes de pairs prennent de plus en plus d’importance dans sa vie.

En vieillissant, les enfants passent par des étapes de développement physique, émotionnel et intellectuel qui affectent leur capacité à apprendre les valeurs abstraites qui régiront leurs actions à l’âge adulte. Il est important de reconnaître les opportunités et les limites de chaque étape lorsque vous guidez votre enfant pour qu’il devienne un adulte heureux, sûr de lui et qui réussit.

développer

 

Bébés (jusqu’à 2 ans)

Pendant leurs deux premières années, les nourrissons se concentrent uniquement sur leurs propres besoins – faim, confort et sécurité – mais doivent dépendre des autres pour satisfaire ces besoins. L’attachement entre le parent et l’enfant se produit au cours de ces premiers mois, car les bébés reconnaissent ces personnes spéciales qui les nourrissent et les protègent

La petite enfance est une période où l’on s’attache à ses besoins.

La petite enfance est une période propice à l’établissement d’un lien de confiance avec votre enfant par les actes physiques que sont le toucher, le maintien et les câlins. Le toucher est essentiel au développement émotionnel et profite à la fois à vous et à votre enfant. Jouer à des jeux simples tels que peek-a-boo tout en changeant les couches ou en donnant le bain à votre enfant, chanter des comptines et explorer des livres d’images renforcent ces liens.

Etant donné que les valeurs morales telles que l’équité, l’honnêteté, la responsabilité, la gentillesse et l’obéissance s’apprennent par l’interaction sociale – principalement par des activités de jeu partagé – toute tentative d’enseigner un comportement moral aux nourrissons ne sera pas couronnée de succès. Au cours de ce stade précoce du développement, les parents doivent s’attacher à nourrir le sentiment de sécurité et d’amour de leur bébé.

Les tout-petits (2 à 3 ans)

Les enfants âgés de 2 à 3 ans apprennent que d’autres personnes partagent leur environnement, ce qui nécessite des règles à respecter.

Si les tout-petits peuvent suivre des directives simples, ils n’ont généralement pas la capacité de se maîtriser lorsqu’ils sont frustrés, en colère ou déçus. Les crises de colère sont fréquentes et peuvent se reproduire si elles ne sont pas gérées de manière appropriée. Les parents réagissent souvent de manière excessive aux crises de colère, oubliant que chaque incident est une occasion d’enseigner à leurs enfants un comportement approprié. Today’s Parent recommande 10 astuces pour faire cesser les crises de colère qui sont efficaces sans menacer le sentiment de valeur personnelle de l’enfant.

Les tout-petits s’habituent à des routines quotidiennes simples, ainsi qu’à des limites. Pourtant, alors qu’ils se familiarisent avec le mot  » non « , ils peuvent ne pas obéir, luttant entre le désir de plaire et leur désir d’indépendance.

Alors que la recherche suggère que les enfants dès 12 mois comprennent la notion d' »équité », les tout-petits ont des difficultés à agir de manière équitable ou à faire preuve d’empathie. Introduire la règle d’or – traiter les autres comme vous voulez être traité – est approprié lorsqu’ils commencent à socialiser. Lorsque les enfants jouent pour la première fois avec d’autres, ils ont généralement du mal à partager ; « à moi » est souvent leur mot préféré. Vous devez intervenir pour diriger les activités de partage, modéliser de bonnes relations et encourager la coopération.

L’Académie de pédiatrie ne recommande pas de regarder la télévision pour les enfants de moins de 2 ans. Cependant, il existe d’excellents programmes pour les enfants plus âgés qui introduisent et renforcent les valeurs souhaitables, ainsi que l’introduction de nouvelles compétences. Il s’agit notamment de séries originales telles que « Daniel Tiger’s Neighborhood », « Little Einsteins » et « Bubble Guppies », ainsi que des favoris de la génération précédente, tels que « Sesame Street » et « Thomas &amp ; Friends ».

N’oubliez pas que la télévision ne remplace pas l’attention des parents, mais la complète. Regarder ensemble et parler du programme après coup est une occasion de renforcer une conduite souhaitable.

Enfants d’âge préscolaire (3 à 5 ans)

À un moment donné, entre 3 et 7 ans, les enfants développent leurs propres règles intérieures, en intériorisant les valeurs familiales et les comportements qu’ils ont pratiqués. Par exemple, les plus jeunes enfants penseront probablement que  » partager « , c’est obtenir le jouet qu’ils veulent, même lorsqu’un autre enfant joue avec, tandis que  » coopérer « , c’est obtenir ce qu’ils veulent par opposition à faire ce que les autres veulent.

Renforcer le concept de partage avec des histoires qui illustrent comment le comportement de votre enfant affecte ses camarades de jeu. Les explications qui impliquent les sentiments des membres de la famille sont particulièrement efficaces. Par exemple, lorsque votre enfant vous demande pourquoi il n’a obtenu qu’un seul biscuit, vous pouvez lui expliquer :  » Je sais que tu voulais deux biscuits, mais ta sœur serait triste si elle n’en obtenait pas un.  »

Les enfants d’âge préscolaire ont une imagination active et se livrent souvent à des jeux de rôles, copiant les actions des autres sans en comprendre les conséquences potentielles. La différence entre le bien et le mal peut être déroutante pour eux. Le mensonge, l’exagération et l’invention d’histoires sont des comportements normaux pour les enfants d’âge préscolaire, et non le reflet d’une mauvaise éducation parentale.

Lorsque le mensonge se produit, essayez de rester calme ; crier ou blâmer l’enfant ne fait que faire monter la tension et justifier sa raison de mentir. Posez des questions pour connaître la raison du mensonge, mais veillez à faire la distinction entre le fait de dire le mensonge et les événements qui l’ont précipité

Les parents doivent s’assurer que l’enfant est bien conscient de ses responsabilités.

Expliquez pourquoi le mensonge est mal et comment il affecte la confiance entre les gens, en particulier entre vous et votre enfant. Renforcez vos leçons pendant les moments de lecture en incluant des livres tels que « Menteur, menteur, pantalon en feu ! », « Ruthie et le (pas si) petit mensonge » et « Arthur et la vraie Francine ». Récompensez votre enfant lorsqu’il dit la vérité, même s’il croit qu’il sera puni. La patience et la répétition sont essentielles pour enseigner aux enfants d’âge préscolaire.

École primaire (de 5 à 12 ans)

À leur stade d’école primaire, les enfants ont développé une compréhension de l’équité, reconnaissent que les règles sont nécessaires et s’attendent à une action corrective lorsqu’ils enfreignent une règle. Au cours de cette étape, les enfants développent un raisonnement abstrait, ou la capacité de faire des choix basés sur un concept interne du bien et du mal. Par exemple, à l’âge de 4 ans, Johnny partage ses jouets pour éviter de blesser Billy ; à l’âge de 7 ans, Johnny partage parce qu’il sait que le partage est bien et que l’égoïsme est mal.

Au début de cette étape de transition, vous êtes susceptible d’observer un mélange de bons et de mauvais comportements, notamment :

  • Susceptibilité à la tentation. Même si un enfant sait qu’un acte est mauvais, il peut céder à la tentation s’il pense pouvoir s’en sortir. Leur capacité à différer la gratification évolue encore à ce stade, vous devez donc vous attendre à une rechute occasionnelle du comportement.
  • Traduction. Un enfant est le plus susceptible de rapporter les méfaits d’un autre pendant la transition entre ses étapes préscolaires et primaires. Les plus jeunes enfants caftent pour diverses raisons, notamment pour faire respecter les règles, pour obtenir de l’aide ou pour mettre un autre enfant en difficulté. Selon une psychologue clinicienne, le fait de caqueter implique qu’un enfant a le sens de ce qui est bien et mal, mais ne dispose pas de formes plus sophistiquées de résolution de problèmes.
  • Confusion sur les règles sociales et le comportement moral. Une étude publiée a révélé que les enfants de 5 à 7 ans pensent que toute violation des règles est inacceptable, tandis que les enfants de 8 à 10 ans font la distinction entre les actes répréhensibles graves (tels que le vol) et les écarts de conduite sociaux mineurs (tels que courir lorsqu’on lui demande de marcher).

Au cours de leurs années d’école primaire, les enfants apprennent à distinguer les motivations des autres, ainsi que la différence entre une règle sociale (ne pas parler quand une autre personne parle) et un comportement moral (ne pas tricher aux tests). Alors qu’ils considèrent les parents comme l’autorité suprême, les enfants de l’école primaire recherchent davantage d’indépendance, souhaitant notamment avoir leur mot à dire sur les règles qui les concernent. Par conséquent, ils apprennent à négocier les limites

Les enfants de l’école primaire recherchent davantage d’indépendance.

En plus de renforcer les valeurs que vous avez précédemment enseignées à votre enfant, vous devriez introduire des valeurs telles que la persévérance, la responsabilité, la charité et le respect des autres pendant ces années. De nombreux parents, à ce stade du développement de leur enfant, commencent à fréquenter une église, un temple ou une mosquée pour s’associer à d’autres familles qui partagent leurs valeurs et renforcer les leçons de morale

Les enfants de cet âge ont également besoin d’un soutien moral.

Les enfants de cet âge apprennent également le bon comportement lors d’activités extrascolaires, comme le sport, la musique et les activités extrascolaires. Par exemple, la pratique d’un sport peut apprendre à l’enfant les avantages de la pratique et du travail, la poursuite d’un objectif, le respect de l’adversaire et la coopération. Participer à des organisations telles que les scouts et les éclaireuses renforce les valeurs morales et éthiques souhaitables chez un jeune.

Les enfants qui commencent l’école élémentaire sont exposés à de nouvelles expériences, de nouvelles personnes et de nouveaux environnements. Beaucoup de leurs camarades de classe se comporteront de manière contraire aux valeurs que vous enseignez à votre enfant. Le Dr écrit que le narcissisme est de plus en plus courant dans la société d’aujourd’hui et s’accompagne fréquemment d’épisodes d’intimidation, de stéréotypes et de préjugés

Les enfants de 10 à 12 ans sont de plus en plus nombreux à faire preuve de narcissisme.

Les enfants de 10 à 12 ans veulent être populaires et sont les plus sensibles à la pression des pairs. Les valeurs qui ont dirigé le comportement de l’enfant auparavant sont remises en question par ses nouvelles connaissances et son nouvel environnement, ce qui nécessite de prendre des décisions sur les valeurs à suivre et celles à écarter. Dans ces cas, ils sont plus susceptibles de vouloir votre aide en tant que conseiller, en donnant des conseils et des informations plutôt qu’en donnant des ordres.

Ce n’est pas parce que votre enfant est à l’école que cela vous décharge de votre responsabilité de lui enseigner des valeurs morales. Les écoles ne sont pas des centres d’instruction morale. Les enseignants sont probablement dépassés par la pression et le temps nécessaires pour répondre aux exigences académiques. Et beaucoup d’éducateurs et de politiciens pensent que les écoles devraient être « neutres en termes de valeurs », sans introduire ni renforcer les croyances sur la religion, le caractère ou l’éthique

Les écoles ne sont pas des centres d’enseignement moral.

Si la quantité de temps que vous passez avec votre enfant diminue lorsqu’il est à l’école, la qualité du temps que vous passez ensemble peut s’améliorer. En grandissant, les enfants prennent conscience des points de vue souvent contradictoires de leurs parents et de leurs pairs en ce qui concerne les comportements souhaitables. Si beaucoup sont capables de concilier la différence, d’autres chercheront à obtenir l’avis et l’assurance de leurs parents.

Adolescents (13 à 18 ans)

Votre enfant continuera à mûrir physiquement pendant cette étape pour devenir un jeune adulte, bien que son cerveau continue à évoluer, en particulier son lobe frontal – le centre de la prise de décisions complexes, du contrôle des impulsions et de l’évaluation des scénarios risque-récompense. Les filles mûrissent généralement plus vite que les garçons, et les deux sexes se préoccupent de leur identité sexuelle, de leur apparence et de leur acceptation sociale

La pression des pairs est particulièrement forte pendant cette période.

La pression des pairs est particulièrement puissante pendant l’adolescence, car les adolescents passent plus de temps avec leurs amis et loin de leurs parents. La plupart des adolescents recherchent une plus grande intimité et se disputent souvent avec leurs parents sur les limites telles que les couvre-feux, les activités acceptables et les contacts sociaux. Beaucoup d’entre eux adoptent des comportements à risque, notamment le sexe, les drogues et l’alcool, car ils cherchent leur propre identité en dehors de leurs parents. En conséquence, les familles connaissent une tension accrue, des explosions émotionnelles et une défiance des adolescents, mettant à l’épreuve la patience des parents et des autres membres de la famille.

Au fur et à mesure que votre enfant se développe, vous pouvez vous demander si votre instruction a pris le dessus. Bien que les adolescents contestent généralement les points de vue et les valeurs de leurs parents, ils sont susceptibles d’assumer ces mêmes valeurs à l’âge adulte. Une étude canadienne a révélé que les adolescents dont les mères donnaient la priorité aux valeurs éthiques et sociales – notamment la communauté, la charité et la bonté sociale – étaient les plus susceptibles d’adopter des valeurs similaires à l’âge adulte et de connaître une plus grande satisfaction dans la vie. En 2014, le Centre sur l’adolescence de l’université de Stanford a interrogé des adolescents sur leurs objectifs et leurs craintes et a appris que, malgré les inquiétudes de leurs parents, la plupart d’entre eux avaient adopté les valeurs de leurs parents.

Mot de la fin

Enseigner à votre enfant les valeurs morales qui forment le bon caractère peut être un travail long et frustrant, avec des résultats qui n’apparaissent pas avant des décennies. Mais leur enseigner des valeurs morales telles que la responsabilité, le travail et l’honnêteté au cours de leurs années de formation leur donne la meilleure chance de réussir tout au long de leur vie – un objectif que tous les parents aimants partagent.

Initiez les jeunes enfants à l’éthique et aux valeurs qui devraient guider leur comportement, abordez et corrigez les comportements inappropriés et administrez les conséquences des mauvais choix, et donnez le bon exemple. La mise en pratique quotidienne de ces étapes vous permettra, à vous et à votre enfant, de rester sur la voie du bonheur.

Parents, qu’avez-vous appris pour inculquer le bon caractère à vos enfants ? Si vous en aviez l’occasion, que feriez-vous différemment ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *